Annonce

Annonce

Alimentation et Santé mentale : Bien nourrir son cerveau

Alimentation et Santé mentale : Bien nourrir son cerveau

Le Nouvel An a encore été une belle occasion pour faire la fête et manger sans se contrôler. Bien évidemment, chaque nourriture ou recette ingurgitée est essentiellement consacrée à notre alimentation. Mais qu’en est il de la qualité de cette dernière ?

En effet, cette nourriture abondante pleine de sucre et de mauvais gras nous cerne. On la retrouve partout et depuis près d’un siècle, le corps encaisse mal ces nouvelles habitudes alimentaires. Et le cerveau alors ? Notre santé mentale, nos humeurs et nos capacités cérébrales, sont-ils mis en danger à chaque repas ? Attachez vos serviettes, et passons à table.

Quel est l’impact de votre alimentation sur votre cerveau ?

Vous ne le saviez sûrement pas, mais une alimentation riche en gras et en sucres provoque des modifications des parties du cerveau utilisées pour la mémoire. Eh oui ! Une consommation importante de matières grasses et de sucres agit considérablement sur votre cerveau.

Déjà, le cerveau humain se construit pendant la grossesse, et les conséquences d’une mauvaise alimentation sur la santé de l’enfant pendant la gestation ont été identifiées depuis longtemps. En effet, la manière dont une femme enceinte se nourrit, influence grandement le futur fonctionnement du cerveau de son enfant. Les scientifiques ont toutefois essayé d’identifier plus clairement ces conséquences sur le fonctionnement du cerveau.

Le lien entre nutrition et cerveau selon la science

Félice Jacka, spécialiste du lien entre nutrition et cerveau, et professeure a l’université de Melbourne s’est penché sur la question. Elle a examiné le comportement de milliers d’enfants après avoir suivi les habitudes alimentaires de leurs mères au cours d’une vaste étude qui incluait 23.000 femmes enceintes. Elle rapporte que, les mères dont l’alimentation pendant la grossesse se résumait à des produits transformés, boissons sucrées, snacks salés, etc., avaient ensuite des enfants plus susceptibles d’être agressifs, colériques et capricieux.

Cela suggère que la santé psychique d’un enfant soit lourdement impactée par l’alimentation de sa mère. Même si cela reste à prouver sur le plan biologique, la spécialiste, elle, en est convaincue.

D’ailleurs, des études menées en Espagne, aux Pays-Bas et au Canada ont confirmé les déductions du professeur Jacka. Vous le savez donc maintenant, il existe un lien entre la qualité de l’alimentation et les problèmes d’humeur chez les enfants. Depuis, les excès de gras et de sucre sont pris en compte par les scientifiques qui étudient sur le cerveau.

Surveillez donc de près tout ce que vous consommez. Évitez au maximum d’ingurgiter d’énormes quantités de matières grasses et de sucre. D’un autre côté, prenez garde à la nourriture transformée. Car cette dernière, encore nommée junkfood, est souvent vide de nutriments. Elle n’apporte donc pas tout ce dont le corps, et surtout les neurones ont besoin. Et l’on risque de se retrouver avec une carence de gras et de sucre.

Vous souhaitez connaitre les effets des carences de gras et de sucre sur le cerveau ? Rendez vous dans le prochain article de cette série.

Crédit image : Cottonbro / Pexels

 4 1
Fermer
  • Ajouter un commentaire

    Annonce

    Annonce

    Ne manquez pas