Votre peur peut passer de “maître” à “ami”

Votre peur peut passer de “maître” à “ami”

La peur, une anxiété dont on ne connait peut-être même pas la cause. Vous aurez certainement remarqué que tout ce qui vous effraie finit par vous rattraper ou croiser votre chemin.

Lutter constamment contre notre peur nous ôte la liberté de profiter des émotions positives

peur
Fille adolescente ayant peur – source : Freepik

Imaginez, si vous passez votre vie, à empêcher la peur de vous nuire, quelle disponibilité vous reste-t-il à accorder à la joie, la gratitude, la gaieté, l’enthousiasme ?  Ne sommes-nous pas prisonniers de tout ce que nous refusons ? De tout ce contre quoi nous luttons ? Le problème quand on a appris à lutter, vient du fait qu’on trouve que c’est la seule solution et la meilleure, ignorant le prix à payer.

Nous pouvons gagner une bataille contre quelque chose d’extérieur, mais contre nos propres émotions, il y a une inclination à la perte. Quelle autre attitude pourrions-nous adopter ?

La recherche scientifique confirme depuis longtemps, les vertus des attitudes d’acceptation et d’accueil. Lutter contre nos émotions ne fonctionne pas. Le pire réside aux habitudes de lutte, où nous finissons par éviter consciemment ou inconsciemment les contextes et situations dans lesquels ces sentiments pourraient se produire, avec des conséquences plus graves.

Refuser les sentiments, c’est aussi comme refuser notre boussole intérieure. Nous n’avons d’émotion difficile que parce que c’est important. Je suis anxieux pour ma petite fille ou un ami, parce qu’il/qu’elle compte pour moi. Je suis triste d’avoir perdu quelque chose parce qu’elle était importante.

Il faut avoir le courage de sortir de sa zone de confort et d’oublier les idées préconçues

Image-symbole du courage
Image-symbole du courage. Source : Frenchweb

Refuser d’être connecté à ses sentiments est comme refuser l’information sur tout ce qui est essentiel dans la vie et duquel on devrait prendre soin. Bien-sûr, nous aimerions tous avoir la baguette magique qui supprime toutes les difficultés de l’existence. Mais nous savons qu’elle n’existe pas.

Par peur d’échouer, tu ne veux pas t’engager dans ce projet important.  Par peur d’être rejeté, tu hésites à aller vers celui/celle qui compte pour toi !

Si vous êtes pris dans les sables mouvants, votre réaction automatique sera certainement la lutte. Et alors que vous tentez désespérément de tirer un de vos pieds, vous mettez davantage de pression sur l’autre jambe qui à son tour, s’enfonce. La solution simple, et pourtant contre-intuitive consisterait à s’allonger de tout son long sur le marais afin de répartir son poids sur la plus grande surface possible, et peut-être, éviter de couler.

Auriez-vous le courage d’oublier votre peur pour adopter la bonne attitude qui augmente vos chances de survie ? 

Si je suis timide et attendant d’être libéré de ma timidité avant d’aller vers les autres, je pourrais attendre très longtemps. Et ce jour peut-être, n’arrivera jamais. Il est plus réaliste d’apprendre à vivre avec ma timidité, et faire ce qui est important dans ma vie. Il faut du COURAGE pour accepter et accueillir toutes nos émotions, même les plus difficiles. À ce propos, le poète Rilke déclare : “Et si tous les dragons de nos vies n’étaient que des princes et des princesses qui attendent de nous voir heureux et courageux ?”

Ce qui accentue notre peur est que nous sommes figés sur le négatif au lieu de nous accrocher au positif. Voici Trois questions que vous devez vous poser quand vous avez peur.

Lire plus
Credit photo : Freepik

 11 2
Fermer
  • Ajouter un commentaire

    Ne manquez pas